| taille du texte : S-M-L |
| impression | intranet

Réseaux de fractures au cours de la consolidation de couches minces

[ jeudi 23-04-2015 13:00 | français ]Réseaux de fractures au cours de la consolidation de couches minces Ludovic Pauchard Laboratoire FAST, Université Paris Sud
Résumé :
Une peinture est un exemple typique d’un milieu pouvant subir de fortes déformations, craqueler ou se décoller. Généralement indésirables, les fractures peuvent être d’un grand intérêt en particulier dans l’étude des peintures d’art : elles constituent l’empreinte digitale du tableau et, par la multiplicité des figures qu’elles forment, permettent de donner des informations, hypothèses, sur les matériaux et les méthodes employées par les artistes.
Dans cette perspective, un cas modèle pour l’étude des réseaux de fractures est celui des films constitués de particules colloïdales (taille < 1µm). Au cours du séchage, les conditions aux limites imposées aux surfaces du film peuvent engendrer des contraintes internes importantes. Celles-ci obéissent aux lois de la poroélasticité.
Lorsque ces contraintes atteignent une valeur critique, des modifications de la structure du film apparaissent à différentes échelles. En particulier, à l‘échelle mésoscopique, des fractures se forment de manière hiérarchique. Le réseau de fractures est en général suivi par un phénomène de délamination (fracture interfaciale). Ces processus sont décrits en fonction des propriétés mécaniques du film consolidé.